Amélie Lemonnier, artiste textile

 
Ce samedi matin là, je rencontre Amélie Lemonnier, artiste textile et créatrice au crochet sous le nom l’Aumônière.
 
Rendez-vous aux Ateliers Jouret, à Roubaix, ancienne friche textile que se sont réappropriée une flopée d’artistes et créateurs en tout genre et où Amélie occupe une cellule au premier étage… Réhabilitation de folie, c’est à souligner pour ceux qui veulent se faire une sortie culturelle – les ateliers sont régulièrement ouverts au public.
Cependant en cette matinée de week-end les locataires habituels ont déserté, laissant simplement la place à un cours de danse qui nous gratifiera pendant notre session photo d’un fond musical assez décalé avec l’ambiance dans laquelle nous sommes toutes les deux plongées !
 
Sous la lumière de cette immense verrière, je découvre donc Amélie à l’œuvre. Amélie et les crochets de sa grand-mère, si minuscules, qu’elle fait travailler à toute allure !
Oscillant entre deux pratiques, l’une étant plus « plastique » et l’autre plus « pratique », elle manipule son outil fétiche qui n’a jamais si bien porté son nom tant il est facile avec la praticienne de croire que l’objet est habité d’une sorte d’influence supérieure et bienveillante quand il est employé dans son processus de création.
Pas étonnant que ce jour-là on discute écologie, spiritualité et chemin de vie, au point de me faire oublier mon appareil photo pendant une heure entière (si, si !) !
 
Alors si vous souhaitez vous aussi vous laisser embarquer dans ce voyage singulier, suivez la maitresse de cérémonie :
 
 

 

 


 

TON HISTOIRE

 
 
Je suis Amélie Lemonnier, je vis et travaille à Roubaix depuis plusieurs années.
 
C’est une ville qui me plaît pour le dynamisme de sa vie culturelle et qui fait sens dans mon travail par rapport à son patrimoine textile. J’y ai fais mes études en arts appliqués et toutes les rencontres (ou presque) qui m’ont amenées jusqu’ici. Hommage à Roubaix c’est fait 😉 #Iloverbx
 
Mon parcours débute par des études d’arts plastiques au lycée puis des études supérieures de mode.
Attirée plutôt par les créateurs que la grande distribution, j’ai eu la chance d’apprendre à travailler le cuir d’agneau et les matières nobles chez Orlane Herbin. Parallèlement j’ai appris le crochet en autodidacte vers 22/23 ans (assez tard en fait).
 
« L’Aumônière » et ses accessoires, sacs et petite maroquinerie est née de cette heureuse rencontre entre cuir et crochet. Le style s’est affirmé et affiné et j’ai choisi de me spécialiser dans les bijoux textiles lesquels me permettent de travailler en finesse et de développer des pièces élaborées où j’ai commencé à incorporer de la broderie.
 
Depuis 3 ou 4 ans j’ai commencé à créer des pièces plus plastiques et personnelles. J’ai découvert tout un pan de l’art textile contemporain grâce à une exposition à la Manufacture (encore Roubaix!) puis des artistes comme Rieko Koga, Sally Hewett ou encore Agnès Sébyleau.
Ca a eu un effet libérateur sur ma façon de concevoir mon langage artistique. Autrefois je me mettais des barrières, aujourd’hui je sens que mon champ d’expression s’élargit et se précise à la fois.
 
 
 

 


 

 

TON TRAVAIL

 
 
Il y a deux aspects dans mon travail qui sont les deux faces d’une même pièce.
 
Une production artisanale de bijoux où mon travail est très maîtrisé avec une méthode et un processus précis à suivre, une minutie et une concentration constante, des finitions aussi irréprochables que possible.
 
La seconde est une approche plus plasticienne soutenue par une démarche plus conceptuelle et expérimentale. La pratique du crochet et de la broderie y sont affranchies de leurs codes traditionnels. Le « faire » compte autant que le résultat, lequel n’est pas imaginé en amont de sa création. Il y a une place privilégiée à l’aléatoire, l’accident, l’émotion du moment, sans pour autant perdre l’intention.
 
Dans les deux cas, j’utilise du fil et du crochet, l’essentiel à mes yeux. C’est tout ce dont j’ai besoin pour atteindre un état de concentration, voir méditatif, qui me rassemble.
 
En bijou, je pratique beaucoup le gainage de formes diverses qui me servent de base.
En revanche, j’intègre des matières organiques dans mon travail de plasticienne. Le crochet est une maille et souvent une matière « molle ». Pour le bijou je lutte contre cette spécificité pour obtenir un objet stable alors que de l’autre côté je joue avec cette mollesse, souplesse et même fragilité et je l’utilise.
 
Mon produit phare en bijou reste la broche et plus particulièrement le (troisième) œil (crocheté, brodé avec des pierres semi-précieuse, pupille en cuir et strass).
Sinon je travaille beaucoup autour du rituel, le processus constitue en la prise de conscience d’un acte créateur qui vise à rendre à un geste ou un objet apparemment commun son sens sacré.
 
 

 


 

 

 

TES INSPIRATIONS

 
 
Je m’inspire de tout ce qui m’entoure, une femme dans la rue, le folklore d’une culture tribale, une mélodie, un film, une atmosphère, la nature…
 
 

 


 

 

TON CLIENT DE RÊVE

 
 
Quoi qu’on vende je crois que rien n’est plus gratifiant que le coup de cœur, quand une personne choisit cet objet parce qu’elle est émotionnellement touchée par ce qu’on a voulu exprimer. Alors c’est une rencontre qui se produit et qui passe par l’objet.
 
 
 

 


 

 

TES CONSEILS POUR SE LANCER

 
Je ne conseillerai que de faire autant que possible ce qui résonne en vous, pas ce qu’on attend de vous ou ce que vous savez bien faire mais ce qui vous fait vibrer même (et surtout) si ça semble déraisonnable.
 
 
[/tg_small-content]
 
 

 
 

RETROUVEZ AMÉLIE LEMONNIER

 
Facebook : L’aumôniere
Instagram : @laumoniere et @lemon.amelie
 
Et retrouvez les créations de Amélie dans ces boutiques :
 
Le Grand Bassin
27 rue de l’Espérance
59100 Roubaix
 
Curiosités Textiles
Dans le musée de la Manufacture
29 Avenue Julien Lagache
59100 Roubaix
 
Chromosome A
35 Rue des Postes
59000 Lille
 

3 replies on “Amélie Lemonnier, artiste textile”

  • Bonjour Amélie ,
    La manufacture de Rbx m’a donnée vos coordonnées car je recherche une formation pour travailler la laine bouillie , je suis une particulier , j’habite à Wambrechies , j’ai réaliser une cape en laine bouillie dans un cours de couture , j’aimerai apprendre plus
    j ‘adore vos créations
    Anne vandendriessche

    • Bonjour Anne,

      Les coordonnées mail d’Amélie sont à la fin de l’article. Je vous invite à la contacter directement car il y a très peu de chance qu’elle voit votre commentaire sur mon site 😉

      Belle journée à vous !

      Valentine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *